Descriptif des cours

 – Cours d’instrument individuel 12 niveaux

Le cours a pour objectif constant de préparer le stagiaire au jeu collectif, en donnant priorité à la pratique avant la théorie. Le cours individuel permet une approche adaptée aux problèmes de chaque stagiaire.

– Initiation à un deuxième instrument ou chant

Il s’agit d’un cours standard d’instrument (la voix étant considérée comme un instrument).
La particularité de ce cours est la découverte d’un deuxième instrument.
Ceci constitue une porte ouverte pour devenir éventuellement multi-instrumentiste.

L’expérience des différentes  approches (notamment technique) mais aussi du «tronc commun» dans le travail instrumental offre un enrichissement considérable dans la compréhension globale de la pratique musicale.

– Cours d’interprétation 

« Jouer un spectacle ne suffit pas, encore faut-il le faire vivre »

Etre musicien ou chanteur sont avant tout des métiers de la scène où l’aspect visuel est aussi important que l’aspect sonore.

Les cours d’Interprétation scénique abordent le côté visuel du spectacle, par l’occupation de l’espace, l’expression corporelle d’une oeuvre, la mise en scène et le travail de groupe.

Ces techniques permettent à chacun de faire de son art un spectacle vivant aussi intéressant à regarder qu’à écouter.

 Les priorités de ce cours sont donc :

– Expression scénique (jeux, improvisation, assurance sur scène…)
– Expression corporelle (jouer avec son corps, ses yeux, ses mains…)
– Travail de l’espace scénique (savoir occuper l’espace seul, se déplacer, se positionner…)
– Travail d’ensemble (gérer l’espace à plusieurs, réaliser des tableaux vivants, gérer son espace selon le matériel présent…)

– Solfège – 6 niveaux

Il s’agit dans ce cours de dépasser toutes les idées préconçues qui consistent à faire du solfège un élément rébarbatif dans l’apprentissage de la musique. Il est nécessaire de prendre conscience que le « terrible solfège » est un outil de communication indispensable au métier de musicien.

Chacun arrive avec une expérience de la musique qui lui est propre, et il est important de ne pas chercher à oublier ce que l’on connaît « d’oreille » pour se mettre à travailler sérieusement la théorie, mais plutôt de concentrer ses efforts sur la façon dont on va pouvoir organiser et étiqueter tout cela.

Les  priorités de ce cours sont donc :

– de faire l’apprentissage du « code de la musique »,
– ouverture de l’oreille,
– de faire l’apprentissage des conventions communes à tous les musiciens (ou presque ! ),
– l’identification et l’interprétation de tous les signes que l’on peut rencontrer dans la littérature de la musique (pas seulement du jazz),
– pouvoir imaginer le résultat sonore de ce qui est noté sur le papier,
– pouvoir à son tour écrire ce que l’on veut transmettre,
– développer le coté instinctif de la musique (j’entends puis je refais),
– se faciliter l’existence quant à la lecture d’une partition de manière à rapidement pouvoir la jouer et communiquer.

 Il existe 6 niveaux, de débutant complet à confirmé.

– Lecture de notes – 3 niveaux

Au vu de la faiblesse systématique en lecture de notes de beaucoup de pratiquants des musiques actuelles, ce cours a pour objet, comme son nom l’indique, de développer la lecture des notes d’une manière efficace, rationnelle, rapide et directement interprétée musicalement ( 3 niveaux).

– Déchiffrage chanté – 3 niveaux

Il n’est pas nécessaire d’être chanteur pour participer à ce cours et ce n’est pas un cours de chant dans la mesure où nous n’abordons pas le sujet de la technique vocale ni de l’interprétation des morceaux.

  • Le travail proposé est le suivant :

– travail d’intonation sur tous les intervalles ascendants et descendants,
– identification des intervalles composant une mélodie,
– travail des intervalles complémentaires,
– localisation de formules connues (gammes, arpèges…),
– intonation de ces formules dans toutes les tonalités,
– repérage de l’évolution d’une mélodie en fonction de son graphisme,
– travail sur les gammes et arpèges de chaque couleur d’accord,
– travail de tous les renversements,
– comment faire entendre la couleur générale d’une grille,
– travail des tensions-résolutions à l’intérieur d’un accord,
– déchiffrage de mélodies complètes,
– travail du maintient de la justesse à plusieurs voix.

Le propos principal de ce cours est de pouvoir utiliser sa voix pour savoir ce qu’il se passe dans l’oreille, et d’affiner cette perception jusqu’à obtenir la distorsion la plus faible possible entre ce que l’on veut  jouer et ce que l’on peut  jouer. Ces techniques nous permettront à terme de faire sonner directement ce que l’on à envie d’entendre et de parvenir ainsi à une forme d’expression plus spontanée. C’est l’association oreille-voix qui constitue le véhicule assurant la liaison entre l’imagination et la production sonore effective (3 niveaux).

– Relevé de disques – 3 niveaux

Le but de ce cours est d’apprendre les méthodes  de transcription d’un passage choisi, d’organiser les étapes du repiquage, de modeler l’oreille de façon à ce qu’elle garde son côté instinctif tout en établissant des repères clairs, de se situer à l’intérieur d’un morceau, de pouvoir isoler un instrument dans un environnement sonore, d’identifier le timbre d’un instrument, d’organiser la partition définitive (renvois etc…), d’évaluer un tempo, de sélectionner les données importantes pour n’écrire que celles-ci, s’habituer à relever sans l’instrument et dans toutes les conditions (mauvais enregistrement, bruit du public, pleurage…) et encore plein d’autres choses!

A aucun moment il ne faut perdre de vue le fait que tout ce qui est relevé doit pouvoir être joué par de vrais musiciens (ceux de votre groupe par exemple) et, qu’on évite donc les systèmes d’écriture que seulement huit personnes au monde connaissent, pour privilégier la mise en forme d’une partition « standard », communicable à tous les musiciens.

On travaille le relevé de lignes mélodiques, de phrases rythmiques, de grilles, de solos et tout ceci en petite formation comme en grand orchestre.

Le jazz est une mine de renseignements pour la musique moderne mais ne sera pas le seul style exploité. On trouve des tas de choses intéressantes dans toutes les musiques et on aurait bien tort de s’en priver. C’est pour cela que la musique brésilienne, le classique, le funk, la salsa et que sais-je encore ne seront pas écartés. La totalité des oeuvres repiquées sera empruntée à la musique consonante (3 niveaux).

– Cours de solfège rythmique – 3 niveaux

Le cours de solfège rythmique met l’accent sur la lecture et la dictée d’un point de vue rythmique par l’étude progressive des différentes valeurs de notes et silences, dans une approche tant psychomotrice que théorique :

– relaxation musculaire, respiration, contrôle des quatres membres, parallélisme,
– indépendance, coordination, ambidextrie, contrôle du mouvement,.
– lecture, oreille, mémoire musicale.
– régularité (métronome).
– étude des différents styles musicaux : 4/4, 3/4, 6/8, etc…,
– travail des rythmes de base, travail du tempo (disques)

– Cours d’harmonie – 5 niveaux

Ce cours est une initiation à l’harmonie linéaire, concept pratique de l’harmonie tonale destiné à l’improvisateur, dans une optique essentiellement linéaire et monodique, ce qui correspond aux besoins, bien sûr, d’un instrumentiste à vent, par exemple, mais également à ceux des pianistes et autres pratiquants d’instruments harmoniques, dont la pensée et le projet, dans l’improvisation, sont avant tout mélodiques, donc monodiques (même si des accords viennent « habiller » cette mélodie).

D’autre part, ce concept s’adresse à un utilisateur qui en effectuera une mise en oeuvre immédiate et spontanée, « en temps réel », et non pas en prenant le temps d’examiner le problème à tête reposée (situation du compositeur) au moyen de l’harmonie traditionnelle.

Il vise donc à transformer la connaissance de certains principes (les plus immédiatement urgents à assimiler) en « réflexes conditionnés » cristallisés à la fois en une gestuelle instrumentale et une impression sonore associées.

L’esprit conscient, ainsi débarrassé de cette infrastructure automatique, deviendra disponible pour une véritable manipulation de notions supérieures (altérations, substitutions) dans l’élaboration de la mélodie spontanée.

L’étude débute par un bref aperçu sur l’acoustique, prolégomènes de toute organisation musicale. Puis, sont abordées les notions de base, selon une « ligne » logique d’enchaînement pour passer d’une notion à une autre, ainsi que la façon de matérialiser ces notions abstraites. Ensuite, la mise en pratique consiste à « fonctionner sur le terrain », c’est-à-dire à analyser diverses « grilles d’accords » verbalement (5 niveaux).

– Initiation aux techniques du jazz

Ce cours permet, par une simple écoute « active », d’appréhender les mécanismes (et les ficelles) du jazz, afin de pouvoir recréer, à partir de cette compréhension, une interprétation que l’on aime ou en créer de nouvelles en toute connaissance de cause.

D’accès facile, ce cours ne demande pas de grandes connaissances musicales.

– Environnement socio-économique

Connaître son environnement est le meilleur moyen de réussir à l’intégrer.

Ce cours propose d’étudier la législation des différents secteurs de la musique : le spectacle vivant, la production, l ‘édition, le droit d’auteur, la propriété intellectuelle, etc…

– Atelier collectif instrumental dirigé (A.C.I.D.)

Les A.C.I.D. sont des jams-sessions bi-hebdomadaires dirigées par les professeurs :

L’orchestre est constitué par le professeur d’élèves de niveau hétérogène participants au cours.

– un volet théorique (recherche de partitions, mise au point d’arrangements écrits, étude de  grilles et de gammes autour de thèmes spécifiques…)
– un volet pratique instrumentale ou vocale qui consiste à jouer les partitions et arrangements choisis, et surtout à développer, dans un cadre plus large d’échanges que les ateliers d’orchestre, la pratique du jeu collectif et de l’improvisation

– Atelier d’orchestre « petite formation » – 12 niveaux

Les ateliers d’orchestre, classés sur douze niveaux sont l’objet d’un travail dirigé en petite formation (trio, quartet, quintet, octet…). A l’inverse de l’A.C.I.D, Le niveau des stagiaires est évalué en début d’année lors de l’audition selon les critères suivants :

– capacité en lecture,
– technique instrumentale,
– connaissances harmoniques,
– aptitude au jeu collectif,
– aptitude à l’improvisation.

Chaque stagiaire est inscrit dans un orchestre de son niveau. Les groupes ainsi constitués sont fixés pour l’année scolaire mais les responsables de la formation établissent une rotation sur 5 semaines. Ceci permet d’assurer la cohésion du groupe, tout en diversifiant l’intérêt du travail, les intervenants étant chacun spécialiste d’un style particulier divisé en 3 groupes (« jazz », « binaire » et « afro latin »).

– Travaux pratiques

Chaque semaine les stagiaires doivent travailler durant 2 heures sur une approche concrète du contenu des cours magistraux (solfège, harmonie…) dans une salle individuelle mise à leur disposition. Les professeurs contrôlent le travail effectué.

– Mise en situation scénique 

Concert hebdomadaire assurés par les stagiaires de l’établissement dans différents lieux extérieures ou dans la salle de concert de l’école.

– Contrôle des connaissances

À chaque fin de trimestre, les stagiaires sont soumis à un examen dans chaque matière théorique.

Pour les disciplines pratiques (instrument, atelier etc…), les professeurs fournissent un commentaire sur chacun de leurs élèves.

d
c